Quel modèle économique pour un tourisme durable à l'horizon 2030 ?

frise

L’ADEME a choisi la SCET, mandataire du groupement constitué avec Carbone 4, pour évaluer les externalités générées par le tourisme en France à l’horizon 2030.

Longtemps, le tourisme a été appréhendé uniquement à l’aune de ses retombées économiques et de son impact sur la balance commerciale. Aujourd’hui, il aspire à mieux maîtriser les pressions qu’il exerce sur l’environnement, et le développement des activités touristiques va de pair avec des interrogations croissantes sur leurs impacts environnementaux. L’évolution des pratiques, le recentrage des touristes français sur la destination France et des « destinations nature », l’apparition de l’ « avi-honte » (transposition française du flygskam suédois, littéralement « la honte de prendre l’avion ») constituent autant d’indices d’un modèle économique et sociétal en recomposition.

Dans ce cadre, l’étude de l’ADEME pose la question du modèle économique d’un tourisme durable, appréhendé sous l’angle des mobilités touristiques. Il s’agit notamment de mettre en perspective les externalités négatives générées par les mobilités touristiques (émissions de gaz à effet de serre, pollution, nuisances sonores…), avec les retombées économiques pour les territoires (consommation locale des touristes, fiscalité locale…).

Il s’agira de définir une méthodologie et un modèle permettant de quantifier les externalités générées par le tourisme et ses retombées économiques, pour les territoires, à horizon 2030. L’étude portera sur la France et trois régions pilotes (Occitanie, Bretagne et Île-de-France). Il s’agira, à terme, d’en extraire des préconisations de politique publique.

La mission se déclinera en trois temps :

  • Diagnostic des dynamiques touristiques et de l’offre de transports à l’échelle de la France métropolitaine et des 3 régions pilotes, reposant sur des entretiens auprès d’acteurs institutionnels et privés du tourisme, d’acteurs de la mobilité, et la collecte de données nationales / locales ;
  • Modélisation des externalités générées par les mobilités touristiques (émissions de GES, pollution, nuisances sonores, congestion…) et de leurs retombées économiques à horizon 2030. Cette dernière s’appuiera sur la définition de scénarios de projection du tourisme à l’horizon 2030, intégrant l’environnement macro-économique, les hypothèses comportementales sur l’évolution des pratiques touristiques, et l’évolution de l’offre de transport ;
  • Rapport de synthèse, reposant sur des focus groups régionaux et l’illustration des externalités touristiques générées par des profils touristiques de chaque région pilote (personae).

Pour en savoir plus : https://www.scet.fr/evaluation-des-externalites-generees-par-le-tourisme-en-france-lhorizon-2030